Les pommes de terre françaises : belles, colorées et de qualité.

06-04-2017
Logo France Bon appétit

Plus de 250 variétés de pommes de terres françaises sont référencées sur notre marché, de quoi répondre facilement à toutes les envies.

Frites, chips ou encore purée, la demande en pomme de terre est soutenue en France avec 52 kg consommés par habitant et par an. Ça tombe bien puisque l’hexagone regorge de diversité pour satisfaire toutes les papilles. Le printemps marque la pleine saison de la mise en terre des plants de pomme de terre. Des milliers de germes vont être plantés dans les prochaines semaines donnant à l’automne de belles patates.

La France est reconnue à travers le monde pour la diversité de sa production. Plus de 250 variétés poussent sur le sol français.

Production française : différentes variétés pour différents débouchés

Il importe de distinguer les différents types d’utilisation en fonction des productions. Il y a tout d’abord les pommes de terre que l’on dit « en frais ». C’est tout ce qui est non transformé. C’est la pomme de terre en filet, qui est le tubercule destiné à être cuisiné et consommé à domicile. Ensuite, il y a les pommes de terre utilisées dans la transformation alimentaire. Elles vont servir pour les frites surgelées, la purée, ou encore les chips. Il y a aussi la pomme de terre primeur qui est spécifique car elle apporte de la fraîcheur. Elle arrive en début de saison et est commercialisée au maximum le 15 août de chaque année. D’après les enquêtes UNPTCNIPT et les données d’Agreste, la production de pommes de terre de conservation en France s’élevait à 5 106 500 t en 2016, faisant de la France le deuxième producteur européen derrière l’Allemagne.

pommes de terre

La pomme de terre française est belle

La qualité de la pomme de terre française est reconnue à travers le monde. Sur le marché du frais, la France est le premier exportateur mondial. « Les exportations ont fortement augmentées depuis le début des années 90 pour atteindre les 2,3 millions de tonnes vendues », explique François Xavier Broutin, chargé de mission pour le compte de l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT).  C’est principalement en Europe du Sud et de l’Est que la demande est la plus forte pour la pomme de terre en frais alors que l’Europe du Nord importe les patates françaises pour les transformer ensuite. Les partenaires étrangers apprécient la qualité visuelle du produit, puisqu’il faut le savoir, nos pommes de terres ont la réputation d’être les plus belles. Le caractère sanitaire de nos sols compte pour beaucoup aussi à l’export et enfin on loue la diversité de ce que la filière française est capable de produire.

« On est capable de produire la pomme de terre sur l’ensemble des débouchés, ce qui nous permet de séduire différents pays en fonction des besoins de chacun », précise François Xavier Broutin.

Historiquement, l’Espagne, l’Italie et le Portugal sont les pays qui importent le plus de pomme de terre en frais. Par contre, le premier débouché pour la pomme de terre française est devenu la Belgique pour alimenter les usines de transformation qui servent à la fabrication des frites principalement.

Tendance : la pomme de terre à chair bleue

La filière travaille beaucoup sur la notion de segmentation culinaire. « En achetant vos pommes de terre, vous pouvez savoir à quelle utilisation elle convient ; que ce soit pour faire des frites, un gratin, une purée, etc », explique François Xavier Broutin. Cette tendance n’existait pas il y a 5 ans et permet au consommateur de mieux s’orienter dans son acte d’achat. Chez les chefs, la grande tendance est de remettre au goût du jour des variétés de pomme de terre oubliées.

Potatoes and boiled egg salad with olive oil and mustard dressing. On a blue background, top view

« Les variétés à chair bleue ou violette ont la cote. La purée de vitelotte a l’avantage de bien présenter dans l’assiette. On trouve de plus en plus de chips de vitelottes dans les magasins aussi. », explique François-Xavier Broutin.

Le retour à des goûts plus authentiques et la couleur, voilà les deux grandes tendances actuelles en termes de consommation.

Quelques noms :

Pomme de terre à chair ferme : Charlotte, Amandine, Franceline, Cherie,

Pomme de terre à chair tendre : Agatha, Marabel, Mona Lisa, Caesar

Pomme de terre pour les frites : Fontane, Markies, Bintje

Les gnocchi de Ré aux langoustines

gnocchi-HD,-La-primeur-de-l'île-de-ré2

Une recette proposée par la pomme de terre primeur Rétaise

Pour 2 personnes :

  • 8 pommes de terre de l’île de Ré AOP
  • 500g de langoustines de la cotinière calibre 10/15
  • Ail, persil, fleur de sel de l’île de Ré, piment d’Espelette
  • Une noisette de beurre demi-sel, un œuf, ciboulette ciselée
  • Un peu de farine
  • Un peu de crème liquide

Faire cuire une dizaine de pommes de terre avec la peau dans de l’eau bouillante. Les égoutter, y ajouter un peu de crème liquide et les mixer en purée à la fourchette.

Préparer les langoustines : décortiquer les queues et les couper en deux en enlevant le filament au centre. Les faire revenir à la poile bien chaude avec une noisette de beurre (réserver la poêle de cuisson pour la cuisson des gnocchis). Les mixer après cuisson et ajouter-les à la purée. Battre un œuf et le mélanger à la purée de pomme de terre et langoustine. Dans un récipient, ajouter de la farine à la purée et pétrir la pâte jusqu’à former une boule qui ne colle plus aux doigts.

Sur une planche farinée, former des boudins de 1,5 cm de diamètre et couper des tronçons d’environ 3 cm. Avec le dos d’une fourchette, appuyer sur le dessus des gnocchis pour former des stries.

Dans une casserole d’eau bouillante salée, plongez les gnocchis jusqu’à ce qu’ils remontent à la surface. Égouttez-les et les faire revenir dans la poêle où les langoustines ont été cuites jusqu’à ce que les gnocchis soient colorés et disposez dans l’assiette, ajoutez un peu de fleur de sel, une pincée de piment d’Espelette et de la ciboulette ciselée.

 

Bonne dégustation !