Vendanges 2016 : Une qualité préservée mais des prévisions de volumes à la baisse

15-09-2016
Logo France Bon appétit

Chaque année, la période des vendanges fait son retour au mois de septembre.

La récolte 2016 s’annonce mitigée avec une production nationale française qui pourrait baisser de 10% cette année, selon les estimations provisoires d’Agreste, le département statistique du ministère de l’Agriculture, mais la qualité ne serait pas impactée.

Le gel, la grêle et la récente sécheresse ont touché certaines régions comme la Champagne, la Bourgogne, le Beaujolais, le Val-de-Loire, les Charentes et le Languedoc-Roussillon. Les estimations de récolte pour ce millésime 2016 tournent autour de 42,9 millions d’hectolitres selon Agreste.

Ces nouvelles estimations abaissent les prévisions de production en Languedoc-Roussillon à 12,4 millions d’hl. Par catégorie de vins, ce sont ceux sans indication géographique qui serait les plus touchés, avec 2,7 millions d’hl produits. La récolte 2016 des départements viticole du Lot, du Tarn, du Tarn-et-Garonne, du Gers et de la Haute-Garonne s’annonce aux alentours des 2,5 millions d’hectolitres.

chiffres_vendanges_2016

 

La Champagne, la Bourgogne, le Beaujolais, le Val-de-Loire et la Charente pourraient enregistrer de lourdes baisses, entre 20 et 30 %, selon Agreste. Dans la région Champagne et Val de Loire on attend 1/3 de volume en moins par rapport à l’an dernier selon les interprofessions. Selon Agreste, la Bourgogne pourrait perdre près de 20% de sa récolte par rapport à 2015. Ces chiffres sont des estimations et pourront connaître des variations en fonction des conditions climatiques de ces prochains jours.

Des prévisions de rendement disparates entre les régions viticoles françaises, mais pour autant, la qualité devrait être au rendez-vous. Les stocks de certaines régions devraient aussi permettent d’assurer une disponibilité des produits pour les nombreux acheteurs et importateurs.

Carte des régions viticoles françaises

Carte des régions viticoles françaises

Des récoltes stables ou en augmentation

En revanche, certains bassins parviendront vraisemblablement à maintenir leur volume, voire à les augmenter. C’est le cas de la Savoie, de la Vallée du Rhône, du Jura, du Sud-Ouest, du Bordelais, du Côte de Provence et de la Corse. L’Alsace pourrait même augmenter sa production, autour de 1 million d’hectolitres, une sorte de retour à la normale après quelques années difficiles, estime le Comité interprofessionnel des vins d’Alsace (CIVA).  Dans le Bordelais, les viticulteurs espèrent dépasser les 5 millions d’hectolitres qui constituent la moyenne de la récolte, selon la Chambre d’agriculture de Gironde. La qualité du vin devrait être très bonne. Dans le Jura, malgré une perte de raisins dans certains endroits, globalement, la quantité sera supérieure à celle de l’année dernière  (70.000 hectolitres en 2015) selon l’estimation du Comité interprofessionnel des vins du Jura. Inter-Rhône, l’interprofession des vins de la Vallée du Rhône, estime que la récolte devrait être stable par rapport à l’année dernière (3 millions d’hectolitres).