Vivin : l’épicerie fine qui valorise le savoir-faire français en Thaïlande

23-09-2016 vivin_epicerie_fine
Logo France Bon appétit

Nicolas Vivin a lancé sa marque il y deux ans et demi à Bangkok. Il nous raconte comment il a créé sa boutique et su s’adapter à ce marché.

 

Vivin

Nicolas Vivin

Crédits : Vivin

Originaire de Roanne (Loire), le trentenaire s’est lancé dans l’univers de la gastronomie en effectuant un stage à la maison Troisgros. Puis, il a intégré l’école hôtelière de Lausanne où il a réalisé un de ses stages au fameux Oriental Hotel de Bangkok. Séduit par la vie thaïlandaise, il décidera de revenir quelques années plus tard pour s’y installer. Tout d’abord, en tant que salarié dans le domaine de l’hôtellerie-restauration, et désormais en tant qu’entrepreneur.

boutique_vivin

Épicerie fine Vivin à Bangkok

Crédits : Vivin

Depuis novembre 2013, il est le propriétaire d’une épicerie fine, située en plein cœur de Bangkok. Nicolas Vivin et sa femme commencent par vendre un produit emblématique de la France, du foie gras. « Cela marchait très bien », indique-t-il. Nicolas et sa femme lancent alors leur affaire et réalisent les premiers foies gras dans leur propre maison. Le succès de cette mise en jambe commerciale a donné lieu, un an plus tard, à l’ouverture de leur boutique.

Le savoir-faire français adapté à la cuisine locale

Chez Vivin, on vend des produits gourmets venant de divers horizons, avec un accent mis sur la vente de produits français et des produits locaux. C’est sans doute ce mélange des cultures culinaires qui a fait la réussite de cette entreprise.

« Mon foie gras est cru, importé de France, mais je prends ma fleur de sel locale. Mon poivre est Thaï ou du Cambodge avec IGP. Le fromage est produit en Thaïlande. Je réalise un mix pour avoir les meilleurs produits. », explique Nicolas Vivin.

Plus que des produits français, c’est le savoir-faire « made in France » que vend ce jeune entrepreneur, en utilisant ses connaissances apprises auprès des grands chefs, dont notamment Paul Bocuse pour qui il a travaillé. Pour lui, « la qualité, la réputation, l’image du luxe, l’originalité des produits, le sens du détail et le raffinement des goûts », sont les atouts majeurs de la marque France.

Être le pionnier du « glocal » version luxe

L’avenir, Nicolas Vivin l’envisage en travaillant sur les tendances du moment. Il faut savoir que la Thaïlande s’ouvre au marché du vin et que les consommateurs locaux cherchent des produits qui se marient bien avec le vin. Pour cette raison, le propriétaire de l’épicerie cherche à accompagner les modes de consommation locaux. Faire des plus petits pots de foie gras est l’une des adaptations qu’il a mises en place.

vivin_selection_produits

Foie gras aux saveurs locales

Crédits : Maison Vivin

La seconde tendance est aussi la mise en avant des produits locaux pour témoigner de l’intégration aux habitudes alimentaires locales. Pour Nicolas Vivin, l’avenir est dans le « glocal ». C’est un compromis entre le marketing dit « global » et le marketing dit « local ». Il s’agit de développer une stratégie mondiale tout en veillant à créer des adaptations aux conditions locales. « L’intérêt c’est d’être un leader ou un pionnier avec un profil luxe. J’estime qu’il est logique de s’intégrer dans l’économie locale et de travailler avec ceux qui nous entourent. ». Son foie gras à la mangue est l’un des meilleurs exemples de ce mélange des saveurs.

S’il aimerait s’implanter à Singapour et à Hong-Kong dans les prochains mois, Nicolas Vivin souhaite aussi continuer son développement en Thaïlande avec pour leitmotiv : « avoir le courage d’adapter ce qu’on pense être parfait ».

Pour plus d’informations : 

Site officiel de l’épicerie : Vivin

Adresse de la boutique: 

 VIVIN Corner
Central Food Hall at Central Chidlom
G Floor