Les sirops Français : il y en a pour tous les goûts

19-09-2017
Logo France Bon appétit

 

Allongé d’eau plate ou gazeuse, à base de fruits, de fleurs, de plantes aromatiques ou d’agrumes, le sirop est la boisson rafraîchissante de l’été.

 

Il y a sirop et sirop

Sirop Monin

Tim-Hoggarth via VisualHunt / CC BY-SA

Il existe quatre types de sirops. Certains sirops sont obtenus à partir de céréales, de plantes, d’arbres et de fruits selon différentes techniques. Le blé, le maïs, l’orge et le riz sont les sirops à base de céréales les plus consommés. Puis, il y a les sirops de plantes, qui sont eux obtenus à partir de la tige (canne à sucre), du tubercule ou de l’ensemble de la plante. Les sirops d’arbres proviennent principalement de la sève du bouleau, de l’érable et des palmiers. Les sirops de fruits, aux extraits de fruits, servent en cuisine, comme condiment, édulcorant ou liant.

Les sirops aromatisés, destinés à la boisson, sont fabriqués à partir de sucre, sucre de canne, jus de fruits concentrés ou arômes alimentaires. Ce sont ceux qui ont marqué l’enfance de nombreux français avec des saveurs classiques : sirop de menthe, de grenadine, le sirop d’orgeat ou plus étonnant : le sirop de cacao, le sirop de fleurs de sureau ou celui de cactus… De grandes marques se disputent le marché des sirops industriels ou artisanaux comme par exemple, en France, Teisseire, Crozet, Bigallet, Monin, Moulin-de-Valdonne, Pagès ou Guiot.

 

Le saviez-vous ?

Sirop artisanal

En France, un sirop ne peut être commercialisé que s’il respecte à la lettre la proportion de sucre imposée par les textes réglementaires. Un sirop d’agrumes contient 50 % de sucre minimum (sucre ajouté et sucre de fruits) et au moins 7 % de jus d’agrumes. Pour les autres sirops de fruits, la proportion de sucre monte à au moins 55 % et celle de jus de fruits à 10 % minimum. Pour les sirops portant le nom d’une graine ou d’une plante, cet ingrédient doit impérativement faire partie de la préparation. Contrairement aux autres sirops, les productions « bio » ne doivent contenir ni colorant ni conservateur. Un sirop non « bio » peut contenir des sucres différents du sucre de canne, de betteraves, comme les sucres de provenance céréalières : le sirop de glucose (du blé, du riz, d’orge, du maïs, etc.…) et d’isoglucose (glucose provenant de l’amidon du maïs, transgénique ou non).

 

Le marché du sirop français : 15% pour l’export

Sirop de citron

Selon le syndicat du sirop, il se produit en France chaque année environ 185 millions de litres de sirop. Cela représente un chiffre d’affaires de 350 millions d’euros, dont 15 % est réalisé à l’export. Les marques distributeur pèsent un peu moins de la moitié du chiffre d’affaires du secteur. Les bidons familiaux représentent encore 62, 6 % des ventes. Les sirops préférés des français sont, dans l’ordre, la grenadine (27%), la menthe (16%), le citron (12%), la fraise (10%), et enfin la pêche (4%).

 

Les sirops ultra-concentrés,  une tendance qui s’installe

En 2014, le marché des sirops a pris un nouveau virage avec l’arrivée des ultra-concentrés de sirop, des petites fioles remplies d’un liquide fait de sirop très concentré. Deux marques françaises ont lancé leur produit à quelques mois d’intervalle avec pour but de s’insérer sur le marché des produits nomades à emporter dans son sac. Solinest a tout d’abord fait découvrir sa marque Ouiz avec quatre parfums que sont; thé vert pêche, myrtille baie d’Açaï, citron/citron vert et fruits rouges. Teisseire est arrivé sur les linéaires quatre mois plus tard avec Mix&Go, qui propose quatre parfums innovants :  pomme/cassis, pêche/mangue, trio d’agrumes et fruits rouges. Les deux marques mettent en avant la praticité de leur produit et le peu de calories par verre (Mix&Go est à 3 kcal/verre contre 7 pour Ouiz), atout charme pour des consommateurs toujours plus demandeurs de produits plus sains. Selon une étude Kantar, ce nouveau secteur représentait 2,2% des ventes de boissons sans alcool un an après leur lancement sur le marché.