Importations de Cognac : de nouveaux marchés se dessinent

17-06-2016 Verre de cognac sur le vieux tonneau en bois
Logo France Bon appétit

Les exportations de Cognac sont reparties à la hausse avec une croissance de 5,9 % en volume et 9,4 % en valeur en 2015. 

De nouvelles zones d’opportunités s’invitent sur la scène avec l’Afrique et l’Océanie, aux côtés des marchés traditionnels.

Glass of cognac on the old wooden barrel

Exporté à presque 98% dans plus de 160 pays, le Cognac conforte ainsi sa place d’acteur majeur dans les exportations françaises de vins et spiritueux. Au total, les expéditions représentent près de 164,7 Millions de bouteilles pour un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros, selon les chiffres du Bureau national interprofessionnel du Cognac (BNIC). « Cette reconnaissance internationale est directement liée au savoir-faire mis en œuvre par l’ensemble des viticulteurs et négociants de l’appellation pour sa production. En effet, le Cognac est l’une des plus anciennes appellations d’origine contrôlée françaises. On ne peut produire du Cognac que dans une aire géographique bien délimitée dont la typicité du sol – les terroirs -, mais aussi les conditions de production sont clairement définies dans un cahier des charges. », explique sa présidente Catherine Lepage.

Si le Cognac est l’eau de vie la plus largement diffusée au monde, c’est aussi parce qu’il s’adapte à sa cible de consommation. Les amateurs peuvent l’aimer de différentes manières : sur glace, en long drink, en cocktail, en givré, en apéritif, au cours d’un repas ou à la fin de celui-ci. « Le Cognac est un « craft spirit », un spiritueux artisanal au savoir-faire transmis de génération en génération, symbole de tradition, de constance et d’excellence. ». Son goût inimitable fait de lui un véritable succès commercial à l’export, et la vitrine du raffinement à la française. « Le Cognac est un symbole de l’art de vivre à la française, très apprécié à l’étranger. Il a toujours voyagé », rappelle Catherine Lepage. Il est vrai que le Cognac, comme de nombreux vins de la région ou voisins ont conquis très vite de nombreux territoires lorsque le commerce s’organisait au Moyen-Age. Les Anglo-saxons, les Bataves et les pays nordiques en étaient particulièrement friands. Avec le temps, c’est chaque continent qui a découvert cette eau-de-vie. « Hier comme aujourd’hui, l’export a toujours été le moteur de notre économie », précise la présidente du BNIC. Le Cognac représente près de 70% des exportations de spiritueux français. Les vins de Bordeaux, le champagne, le cognac représentent à eux trois les deux tiers des exportations de vins et spiritueux. Une tradition respectée donc.

Le cognac, responsable de 70 % des exportations de spiritueux français

Le Cognac se vend partout dans le monde et le récent record à l’export est en partie lié aux ventes réalisées aux États-Unis grâce à la baisse de l’euro par rapport au dollar. Le travail de tous les acteurs de la filière y est pour beaucoup. Les principaux consommateurs de Cognac est la zone de l’Amérique du Nord que l’on appelle ALENA, avec les États-Unis, le Canada et le Mexique. C’est la première zone en volume et en valeur avec 68 millions de bouteilles expédiées en 2015. Vient ensuite l’Extrême-Orient (51 millions de bouteilles) et l’Europe (40 millions de bouteilles). « Ces dernières années, de nouvelles zones d’opportunité se développent de manière constante, notamment en Afrique et en Océanie. Les expéditions sur ces zones nouvelles représentant aujourd’hui plus de 6 % des volumes expédiés. », complète Catherine Lepage. En effet, hormis les consommateurs d’Afrique du Sud qui ont une culture viticole, les autres recherchent davantage de produits prestigieux comme le Cognac et le Bordeaux. La classe moyenne qui se développe et les dirigeants sont à l’origine de cette progression, notamment en Côte d’Ivoire, en Angola, au Nigéria, au Cameroun et au Gabon. Si l’on devait réaliser un classement par pays voici comment il serait composé dans l’ordre : les États-Unis, Singapour, la Chine, le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas, Hong Kong, la Norvège et la Belgique.

Concernant les particularités de consommation, il est plutôt d’usage d’en servir au cours du repas en Asie, il sera l’élément central d’un cocktail sur le marché américain, alors qu’en France il est bien souvent consommé après un repas. Au-delà de la façon dont on l’apprécie, le cognac véhicule certaines valeurs. « Le Cognac véhicule une image d’élégance, d’excellence, de contemporanéité et d’art de vivre dans laquelle nous pouvons tous nous retrouver. Ces éléments, associés à la richesse aromatique et la diversité des modes de consommation du Cognac, permet de dire qu’il existe, à l’image du parfum, un Cognac pour chacun, et qu’il suffit juste de trouver sa fragrance. », conclut Catherine Lepage.