La bière française en plein essor en France et sur les marchés mondiaux

17-06-2016 bières françaises importations
Logo France Bon appétit

La consommation de bière repart à la hausse en France, après 30 ans de baisse, notamment grâce à des marques artisanales qui grandissent hors des frontières de l’hexagone.

bieres francaise et corse pietra et la parisienne

La consommation française de bière a renoué avec la croissance en 2015 avec une croissance  de 3,1% en volume, après avoir connu une baisse tendancielle de 1% par an depuis près de 30 ans. La multiplication des brasseries et des variétés de bières, et hausse de la consommation chez les femmes en sont les raisons principales. Les français consomment plus de bières, découvrent et apprécient leur diversité, et  ils ont désormais tendance à  les préférer avec plus de goût, indique l’Association des Brasseurs de France La bière artisanale accompagne la croissance brassicole française. En 2015, la barre des 800 brasseries artisanales a été franchie avec plus de 100 nouvelles créations. Les années précédentes, le nombre de création de nouvelles brasseries flirtait avec les 50. Preuve que le phénomène se dynamise. « La demande est en forte croissance. La filière se structure grâce à la qualité, la créativité, et l’inventivité », explique Jean-Barthélémy Chancel, le fondateur de la Parisienne, une brasserie artisanale basée dans le 13e arrondissement de Paris.

DES PASSERELLES ENTRE VIN ET BIÈRE

Passionné de vin, Jean-Barthélémy Chancel a créé il y a 14 ans sa propre maison de Champagne. Fort de cette réussite, il a décidé de se lancer dans la production de bière artisanale. C’est ainsi qu’est née, la Parisienne, une brasserie professionnelle qui vise à faire le lien entre vin et bière. « Nous sommes dans une logique viticole. Nous voulons être plus qu’une brasserie, avec la volonté de produire de la qualité. La créativité se retrouve dans nos recettes. Nous inventons une recette par semaine. Dès que les arômes nous plaisent et que nous sentons poindre une idée, une nouvelle saveur, nous essayons. Nous ne faisons pas d’études de marché, nous testons nos idées. », précise Jean-Barthélémy Chancel. Il semblerait que la recette fonctionne. 600 points de vente à Paris référencent la marque, avec un produit bestseller : la Parisienne blonde et de nouvelles spécialités tous les mois ! Récemment, c’est le Yusu, agrume incontournable de la cuisine japonaise, qui a fait son apparition sur le comptoir de la brasserie.

Si le succès est indéniable à Paris et naissant en France, la vente à l’export grimpe, elle aussi. Elle représente aujourd’hui 20% du chiffre d’affaires de la brasserie, avec un objectif à moyen terme de 30%. Le développement est assez rapide à l’international et l’entreprise compte une quinzaine de pays dans son réseau export, avec l’Europe de l’ouest, les États-Unis et l’Asie dans le trio de tête des exportations. « Hong-Kong est notre principal marché à l’export. Nous y avons envoyé deux containers en six mois ». La Parisienne n’est plus la seule à sortir des frontières de l’hexagone. La bière artisanale Mont-Blanc est aussi très présente en Asie. La médaille d’or obtenue lors du très renommé « World Beer Award » pour sa bière blanche lui offre des perspectives positives. Ces succès commerciaux à l’étranger en appellent de nombreux autres et participent à faire connaître un nouveau produit français de qualité à l’étranger aux côtés du vin. « La qualité des produits, le savoir-faire made in France et la marque parisienne sont un avantage indéniable. L’image de la France et de Paris aide énormément. », constate Jean-Barthélémy Chancel. Celui qui se considère comme « un vigneron de la bière » montre que la qualité et le respect des process, alliés à l’inventivité sont bien souvent les garants d’un succès commercial à l’export.

bières françaises importations

PIETRA TROUVE SA PLACE SUR LE MARCHÉ MONDIAL

La marque de bière Pietra est bien connue des Corses et maintenant des Français. Cette bière à la châtaigne se fait connaître aussi à l’export. « Conscients de l’étroitesse du marché Corse, nous avons mis en œuvre nos premières démarches à l’export dès l’ouverture de la Brasserie Pietra, en 1996, et plus particulièrement sur le marché italien, pour des raisons de proximité géographique et donc de moindres coûts d’accès. », explique Armelle Sialelli, la directrice générale SAS Brasserie Pietra. Origine, qualité, authenticité, savoir-faire, tels sont les maîtres mots de l’entreprise. « Nous avons par exemple incorporé dans notre Pietra une matière première régionale, la farine de châtaigne, et dans notre bière blanche Colomba un mélange d’herbes du maquis », précise sa directrice. Si le marché italien est le premier à l’export, les États-Unis concentrent désormais beaucoup des moyens et à pour l’avenir. Afin de réussir dans cette démarche de conquête du marché international, Pietra s’est allié à huit autres brasseries françaises pour former une association : French Craft brewers. « La vocation est la mutualisation de nos forces pour aller vers l’export. Notre pays cible : les Etats-Unis». Se regrouper pour mieux impacter les marchés cibles, voilà une idée qui pourrait inspirer d’autres filières.