La filière bio française, une progression de + 27% de ses exportations*

28-06-2016 légumes vertes
Logo France Bon appétit

La France affiche le second meilleur taux de croissance européen dans le domaine de l’agriculture biologique et les perspectives à moyen terme sont réjouissantes.

bio soja

Un marché intérieur qui se porte bien

Les produits français issus de l’agriculture biologique se portent à merveille. Après avoir connu un essor sans précédent en 2015, la croissance de la Bio en France début 2016 poursuit son développement à un rythme très soutenu. Le marché de la Bio a progressé de 14,7 % en 2015 par rapport à 2014, pour atteindre un total de 5,76 milliards d’euros, au-delà des premières prévisions à 5,5 milliards (Source Agence Bio). « On constate depuis ces derniers mois, une nouvelle augmentation, peut-être due à l’après COP 21 et sa forte médiatisation. Le marché français est l’un de ceux qui se porte le mieux en Europe », introduit Didier Perréol, le président de l’Agence Bio, groupement d’intérêt public créé en 2001, qui constitue une plateforme d’échanges sur la Bio entre les professionnels et les pouvoirs publics.

Il semble que tous les voyants sont au vert pour que la filière perdure dans cette direction. En effet, en parallèle de cette forte demande, la production biologique  enregistre elle aussi des records avec plus de 200 fermes supplémentaires en bio chaque mois. Fin 2015, la France comptait 28 884 fermes bio, soit un bond de 9% par rapport à 2014. Ces fermes cultivent un total de 1,375 million d’hectares en bio, un chiffre en augmentation de 23 % par rapport à 2014. La part de la SAU (surface agricole utile) française consacrée à la Bio fin 2015 passe ainsi pour la première fois la barre des 5 %.

A l’aval, le nombre d’opérateurs a augmenté de 5 %, pour atteindre 13 528 entreprises de transformation, de distribution et d’import/export. Au total, la France compte 42 412 opérateurs exerçant des activités certifiées bio, soit +8 % par rapport à 2014.

La demande sur le territoire est croissante elle aussi. En 2015, les ventes de produits bio aux consommateurs ont progressé dans tous les circuits de distribution. « Les circuits courts et les magasins spécialisés, particulièrement dynamiques, sont encore plus sollicités que la grande distribution », précise Didier Perréol.  La vente directe a en effet progressé de 20 % par rapport à 2014, les magasins spécialisés bio de 17 % et les artisans-commerçants de 15 %, devant les grandes surfaces alimentaires (+11 %). La restauration collective participe aussi à la bonne santé du secteur (+ 18 %). Début 2016, près de 6 restaurants collectifs sur 10 servaient des produits bio en France, contre 46 % en 2011 et seulement 4 % avant 2006.

logo agriculture biologique

L’export : l’avenir du bio

En cohérence avec les valeurs portées par la Bio, notamment la préservation de l’environnement, 76 % des produits bio consommés en France sont « Made in France ». Les ventes de produits Bio à l’extérieur de France ont été estimées à 435 millions € en 2015 contre 381 millions € en 2014. « Les ventes à l’international ont pendant longtemps été plus difficiles, mais les entreprises commencent maintenant à récolter le fruit d’un travail de longue haleine », explique Didier Perréol. Les exportations étaient essentiellement constituées de vins (66%). A l’avenir, cette proportion devrait progresser, notamment pour des produits comme le pain. Les surfaces de grandes cultures enregistrent la plus forte progression de 2015 avec +33 % de surfaces supplémentaires depuis 2014. D’ici 2017, les meuneries françaises devraient pouvoir disposer de blé bio 100 % français. Les produits bio d’origine France gagnent également du terrain à l’international. En 2015, les exportations ont progressé de 27 % en 2015, par rapport à 2014. Les vins bio sont particulièrement concernés par cet essor : ils ont enregistré une croissance à l’exportation de +26 %. Le tableau positif généré par ces derniers chiffres montre le travail accompli par toute une filière depuis des années. « Cela fait 4 à 5 ans que le bio français connaît un bel essor. Les acteurs majeurs français se sont rendus au salon BioFach en Allemagne, le plus grand salon dédié au Bio en Europe, et depuis ils sont présents chaque année plus nombreux », décrypte Didier Perréol, de L’Agence Bio. Se montrer, créer des réseaux, et se rassembler, tels sont les ingrédients du succès français. Et puis, il y aussi la référence au « made in France ». « Nos partenaires étrangers voient la France comme un pays de savoir-faire, capable d’innover et de créer de nouvelles recettes. Quand nous allons en Chine, au Japon ou en Corée du Sud pour négocier de nouveaux marchés, l’image de la France compte pour beaucoup. ». La présence sur du long terme en Asie est un défi d’avenir pour les acteurs français du secteur, tout comme celui de pénétrer le marché scandinave et allemand. Les meilleurs atouts français sont les biscuits, les plats préparés, les céréales et notamment le Pain des fleurs. « C’est un véritable succès du savoir-faire et de l’innovation français de faire connaître le seigle en tartine. ». L’export fait donc aussi partie des stratégies des entreprises françaises du secteur, qui comptent bien surfer sur la tendance du vegan pour accroître une croissance déjà bel et bien au rendez-vous.

raisins récolte
La salade française, cuisine et gastronomie de France

*(par rapport à 2014)