Sculpture en chocolat : quand l’art et l’artisanat se marient pour Pâques

14-04-2017 Le chocolat français, pâtisserie française
Logo France Bon appétit

L’arrivée de Pâques suscite un grand engouement chez les pâtisseries et chocolateries françaises. C’est l’occasion de découvrir deux sculpteurs-chocolatiers qui ont fait de leur passion un art.

Les Français aiment le chocolat. Ils en mangent 6,85 kg par an, et Pâques est la meilleure occasion de s’en rendre compte. Partout dans les boulangeries, pâtisseries, rayons des supermarchés le chocolat se présente sous toutes ses coutures. A moins d’une semaine du fameux jour, les chocolatiers s’activent pour le deuxième plus grand événement après Noël. En effet, Pâques représente 4% des ventes annuelles de chocolat. Œufs garnis, chocolats moulés, œufs simples, innovations à la pelle, tous les acteurs de la filière ont mis en rayons leurs produits pour satisfaire la gourmandise des plus petits comme des plus grands. Si les Français sont de grands consommateurs de chocolat noir, c’est principalement du chocolat au lait qui sera dégusté pour cette fête. Les consommateurs préfèrent les poules, lapin et autres œufs. Les confiseries spécialement créées pour l’occasion sont également appréciées. A Pâques, 72 % des ventes sont des moulages (Syndicat du chocolat).

 

Patrick Roger : la sculpture en étendard

 

Au-delà des goûts et des couleurs de chacun, certains chocolatiers apportent un peu d’art dans ce monde de chocolat brut. C’est le cas de Patrick Roger. Dans sa boutique du 2e arrondissement parisien, on peut admirer des éléphants, des poules dans un œuf, un mouton tout rond, un muguet de mai, que l’on visite un peu comme dans une galerie d’art. « On a aussi le hérisson qui mange un œuf sur le plat, c’est un retour à la nature », ajoute Patrick Roger. Démesurément grandes et pleines de finesses, les œuvres en chocolat de Patrick Roger n’ont de cesse d’attirer les passants et visiteurs qui viennent du monde entier pour apprécier le spectacle. Cet artisan-artiste chocolatier excelle dans l’art de sculpter la matière de manière originale et surprenante. « A la base, le chocolat n’est pas fait pour la sculpture. A partir de 2 mm, la matière se casse, se craquelle, gondole. J’ai décidé de jouer avec tous ces problèmes. Avec le temps et beaucoup de travail, j’ai obtenu des résultats. Chaque morceau de chocolat est une œuvre d’art et je dois la travailler de cette façon. », explique celui qui a commencé en sculptant des œuvres pour Jean-Paul Gauthier et Serge Gainsbourg. Pour Pâques, le chocolatier propose une gamme de produits allant du canard à la poule en passant par la moule en chocolat

 

« C’est très ludique Pâques et très différent de la partie artistique que je travaille le reste de l’année. », conclue Patrick Roger.

En parallèle, et pendant encore quelques jours, il est possible de goûter avec les yeux ses dernières œuvres dans une exposition à l’Elephant Paname.

 

Créés par le chocolatier Patrick Roger, certains à partir de moules anciens. Photographies prises à Sceaux le 15 décembre 2016 

Eric Thévenot : sensibiliser grâce au chocolat

 

L’une des plus belles initiatives pour cette édition 2017 de Pâques est à mettre à l’actif d’un ami de Patrick Roger. Il s’agit du chocolatier, et lui aussi sculpteur Eric Thévenot.

« Patrick, c’est mon frère d’arme. On a commencé dans le métier en même temps. On a fait des concours ensemble. On se connaît très bien. C’est un garçon extraordinaire et c’est super ce qu’il fait. » confie celui qui tient une boulangerie-pâtisserie à Nogent-sur-Marne.

Eric Thévenot a sculpté un rhinocéros à taille réelle, mais pas n’importe lequel. C’est un hommage à Vince, un rhinocéros qui a été récemment abattu au zoo de Thoiry parce que des braconniers voulaient récupérer sa corne. Cette histoire a ému l’opinion publique française et les clients d’Eric Thévenot aussi, qui connaissent sa sensibilité pour les espèces animalières menacées. « A force d’en parler ça a maturé chez moi et je suis partie sur le rhinocéros. On a fait des croquis, des photos, et j’ai démarré la construction. », explique Eric Thévenot. Et le résultat est étonnant. Le rhinocéros en chocolat trône fièrement dans la vitrine et il semble plus vrai que nature. « Cela a un effet bluffant auprès de mes clients. Je n’en reviens pas moi-même. Les gens sont étonnés du rendu et ils sont touchés quand je leur dis que c’est un peu grâce à eux. ». Pour le week-end de Pâques l’artisan-artiste chocolatier va réaliser des rhinocéros en taille miniature qu’il vendra 10 euros et l’intégralité des revenus sera reversée au zoo de Thoiry. Et le grand rhinocéros alors ? « Il restera en vitrine jusqu’à ce qu’il fasse trop chaud pour lui. Quand il fera 30 degrés ou plus. Après il va rejoindre les autres et peut-être qu’un jour j’en ferais une exposition. », conclut-il.

rhino 2

Rhinocéros en chocolat par Eric Thevenot

Voilà une belle histoire de Pâques.