La Bretagne : des plats connus dans le monde entier

04-09-2017
Logo France Bon appétit

Grâce à ses crêperies, la cuisine bretonne est connue de tous. Franceagroalimentaire.com vous a composé un repas « made in Bretagne ».

 

 

Introduction à la cuisine bretonne

 

Kouign-amann, crêpes, galettes, andouille, Kig ha farz, les plats typiques de la culture bretonne ont un fort accent gourmand. Le beurre est le produit phare de cette région qui a construit son identité culinaire autour des ressources de la terre et de la mer. Les poissons, crustacés, fruits de mer, les céréales et les légumes se retrouvent logiquement dans les plats bretons les plus dégustés.

 

Apéritif : kir breton et tranches d’andouille de Guémené

 

Vous connaissez sans doute le kir classique à base de vin blanc et crème de fruits : en Bretagne, la coutume est de servir lors de l’apéritif ou dans les restaurants du kir breton avec du cidre à la place du vin. Le kir celtique en est sa variante récente. Il s’agit d’un cocktail qui, comme le kir breton, se prépare avec du cidre et de la crème et du chouchen/hydromel, un alcool de miel très connu en Bretagne. C’est également ultra simple à préparer pour l’apéritif et ça change des cocktails plus « classiques » avec la petite touche de chouchen. Pour l’accompagner, on peut découper des tranches fines d’andouille de Guémené-sur-Scorff (Morbihan), une charcuterie à base de porc que l’on retrouve sur tous les marchés bretons. Le mieux est de la choisir fumée, moelleuse mais pas trop grasse.

 

andouille guéméné

 

 

Entrée : les incontournables fruits de mer

 

S’il existe peu de plats typiquement Bretons concernant le poisson,  il y a bien une culture des fruits de mer et des crustacés reconnue dans la France entière. Il suffit pour s’en convaincre d’évoquer des noms prestigieux comme l’huître de Cancale, les moules de bouchots de la baie du Mont Saint-Michel (Vivier-sur-Mer), ou encore la coquille Saint-Jacques de Erquy. Une belle assiette se doit de comporter également bulots, bigorneaux, clams, palourdes, praires, rigadeaux (coques), pétoncles, amandes de mer et si vous avez beaucoup de chance, vous trouverez sur le marché de l’ormeau. L’une des façons de déguster ces crustacés et poissons de la mer, c’est de réaliser une cotriade. Souvent comparée à la bouillabaisse marseillaise, il s’agit d’une soupe incluant des ressources fraîches. Les poissons ainsi que les crustacés du jour sont cuits dans un court-bouillon, au vin, bien assaisonnés, auxquels on ajoute des légumes et des épices. Il existe autant de recettes que de villages en Bretagne.

Accord mets et vins : ce plat appelle un vin blanc sec comme un Muscadet pour faire honneur au vin voisin. Un Domaine de l’Epinay Cuvée Esprit 2012, fera très bien l’affaire.

Belons de Cancale (Ostrea edulis)

Crêpe ou galette : faites votre choix

 

Et pourquoi pas les deux. C’est le plat incontournable de la culture bretonne, et celui qui fait sa renommée à l’international. Selon la légende, la galette serait née de la maladresse d’une fermière bretonne qui aurait renversé de la bouillie de sarrasin sur un galet brûlant dans la cheminée. Pour ne pas la gaspiller, elle décida de la cuisiner. Traditionnellement, la galette de blé noir originaire de Haute-Bretagne se mange salée. Les versions les plus connues sont la galette saucisse, la galette complète (faite d’un œuf, de jambon et de fromage râpé), ou encore la galette aux Saint-Jacques et à la fondue de poireaux. Cousine de la galette de blé noire, la crêpe de sarrasin que l’on déguste en Basse-Bretagne est bien différente dans le cœur des Bretons. Elle contient, en plus de la farine de sarrasin, de la farine de froment. Elle est fine et craquante quand la galette de blé noire est épaisse et molle.

 

Accord mets et vins : pas de vin, mais du cidre brut.

 

Dessert: crêpe, Far breton, Kouign-amann

 

 Les Bretons sont les champions du gâteau à base de beurre. Le Kouign-amann en est l’exemple le plus concret. La star des pâtisseries bretonnes est originaire de Douarnenez. L’histoire dit qu’il est le résultat d’une pâte loupée par son inventeur, le boulanger Yves-René Scordia, qui aurait décidé de la faire cuire pour ne pas gaspiller. Le résultat est un gâteau succulent. Toutefois, sa préparation est réputée délicate, comme en témoigne le dicton qu’affichent certains pâtissiers douarnenistes sur leur vitrine : « Le fait qui veut, le réussit qui peut ». Au rayon des incontournables desserts bretons, on retrouve le Far Breton nature ou au pruneaux, mais aussi les traou-mad, les galettes de Pont-Aven, les galettes de Pleyben, de Fouesnant, de Saint-Michel, les crêpes dentelle de Quimper, le gotchial de Saint-Armel, la fouace, les quatre-quarts et gâteaux de La Trinitaine.

Il est temps de passer à table ! Découvrez ici la recette de la pâte à crêpe bretonne