Fruits et légumes des Collectivités d’Outre-Mer : l’exotisme à la française

10-06-2015 Fruit du Dragon
Logo France Bon appétit

Parce que la France a des frontières avec le Brésil et le Suriname ; des terres en mer des Caraïbes, sur l’Océan Pacifique ou encore sur l’Océan Indien ; sa production de fruits et légumes a aussi le goût de l’exotisme.

L’émiettement des collectivités d’outre-mer (anciennement appelé DOM TOM) confère à la France une zone économique considérable. Seul pays présent sur les quatre continents, le terroir français conjugue qualité et diversité. La culture maraîchère d’outre-mer se concentre essentiellement dans les DROM (« Départements et régions d’outre-mer ») : Martinique, Guadeloupe, Guyane et La Réunion. Les autres collectivités ont pour activités principales la pêche et l’élevage.

Une spécificité d’outre-mer

A l’exception de la Guyane, les collectivités d’outre-mer ont pour particularité l’insularité. Cette situation géographique présente des avantages pour la culture maraîchère et vivrière (conditions d’ensoleillement et de pluviométrie favorables), mais aussi quelques inconvénients (exposition importante à des risques naturels).

L’absence de périodes froides dans ces départements favorise par ailleurs le développement continu des insectes. Dans le passé, les fruits et légumes des collectivités d’outre-mer furent victimes de l’usage abusif des pesticides. Une tendance à la baisse s’opère depuis la fin des années 90, depuis l’adoption du plan « Ecophyto 2018 » en septembre 2008, qui prévoit la réduction de 50 % l’usage des pesticides en DOM-TOM d’ici à 2018.

Héritage du passé colonial, ces régions concentrent leurs activités et tirent leurs principales ressources de l’agriculture avec une spécialisation dans les filières emblématiques de l’ère coloniale (canne à sucre, banane, ananas).

Zoom sur les surfaces agricoles dans les DOM

En 2010, Guadeloupe, Martinique, Réunion, Guyane et Mayotte comptabilisent ensemble 131 800 hectares desurface agricole utilisée (SAU). Sur ces 131 800 ha, la surface dédiée à la culture de bananes représente 10 070 ha tandis que celle dédiée à la culture de légumes est de 6 483 ha.

L’exotisme à portée de culture :

La banane de Martinique et de Guadeloupe

Le commerce de la banane représente 75% des échanges entre la métropole et l’outre-mer. On distingue les bananes dessert des bananes à cuire, dont la plus connue est la plantain. Parmi les bananes à dessert, une variété très sucrée domine le marché : la Cavendish. La banane antillaise mise sur une agriculture respectueuse de l’environnement. Cet argument écologique est un atout de taille pour conquérir le marché européen dont la France occupe déjà le 2ème rang parmi les producteurs.

Banane guadeloupe DOM TOMLe melon guadeloupéen

Sous le soleil antillais, ce melon de type « charentais jaune » bénéficie de conditions idéales pour une culture naturelle et de qualité. Sucré, à la chair fondante et juteuse, il a obtenu l’Indication Géographique Protégée (IGP) en 2012. On le trouve sur les étals en métropole de janvier à mai.

Melon guadeloupéen IGP

L’ananas Victoria

Cet ananas cultivé sur l’île de la Réunion bénéficie d’un Label Rouge. Plus petit que les ananas africains, il est aussi plus sucré et parfumé. Cette variété est considérée comme la meilleure au monde !

Ananas VictoriaLa canne à sucre

Peu de gens le savent mais la canne à sucre est un légume. Ce produit constitue encore aujourd’hui la principale ressource agricole des DROM. 90% de cette production est transformée en sucre. La canne à sucre est aussi à l’origine de l’indispensable rhum antillais. C’est également un légume savoureux consommé cru.

canne à sucre fruits DOM TOMLa lime

Ce fruit omniprésent en Guyane se fait appeler « citron vert » en France. Moins riche en vitamine C que le citron jaune, ce faux citron est très parfumé. Il sert de base à de nombreux plats et est l’ingrédient clé des cocktails à base de rhum.

Citron vert

Le parépou

Le Salon de l’Agriculture 2014 a porté en vedette ce petit fruit rouge venu de Guyane. Très riche en amidon, il se consomme cuit à l’eau salé ou grillé. Son goût évoque le fond d’artichaut ou la châtaigne.

Parepou

La prune de Cythère

Originaire de Polynésie, ce fruit apparenté à la mangue dégage un parfum de pomme. Il se consomme en salades et en jus et serait un excellent remède contre les maux de tête.

Prune de CythèreLe fruit à pain

Le fruit à pain est très parfumé et riche en amidon. Cuit à l’eau, il accompagne les viandes et poissons. On le déguste aussi en gratins, en frites ou sous forme de gâteaux sucrés. L’arbre à pain produit une sorte de latex très utile dans la confection des pirogues en Guyane.

Fruit à pain fruits DOM TOM

Sources :
http://alimentation.gouv.fr
http://www.fruits-et-legumes.net
www.franceagrimer.fr
fr.wikipedia.org
http://www.planetoscope.com
http://www.lanutrition.fr
http://agreste.agriculture.gouv.fr
http://biblio.rsp.free.fr/Pdf/SemEtProgres/Carottes.pdf