La Georgette : le succès à la française d’une cuillère/fourchette.

20-08-2018 La Georgette, fourchette - cuillère
Logo France Bon appétit

Piquante et tranchante tout en ayant un galbe agréable, Georgette est la fourchette-cuillère Made in France qui se fait une place sur les tables du monde entier.

 

À la Genèse, une simple question pratique

 

Georgette est née de l’imagination de Jean-Louis Orengo, dans son atelier de Saint-Lizier, en Ariège. Cet aventurier, trappeur, ichnologue (spécialiste des empreintes) l’a conçu dans les années 1990, après avoir mené une expédition dans le Grand-Nord canadien. Il ne voulait pas faire de choix entre la fourchette et la cuillère au moment d’alléger son traineau. C’est ainsi qu’il a imaginé une sorte de cuillère-fourchette permettant de piquer, de couper, et de manger la soupe. En effet, depuis la fourchette, inventée il y a 400 ans, aucun ustensile n’avait été inventé avant Georgette. « Nous avons décidé́ de développer ce couvert en adéquation directe avec notre projet de vie ma femme et moi. Écologique, Georgette divise la matière première à la production, fait économiser du temps (manutention), de l’eau (moins de vaisselle) et de la place. Ses formes la rapprochent d’une main humaine ou d’une patte animale, beaux exemples d’adaptation remarquables. », explique Jean-Louis Orengo. Et pourquoi Georgette, vous demandez-vous ? L’inventeur a souhaité lui donner un nom bien français, aux formes féminines, qui perpétue le savoir-faire tricolore dans l’art de la table à travers le monde.

 

Son utilisation actuelle et son succès grandissant

 

Georgette n’a pas rencontré un franc succès dès ses débuts, mais petit à petit, les chefs se sont approprié l’objet, puis les boutiques spécialisées dans les couverts et depuis quelques années de nombreux hôtels et restaurants. C’est finalement une version haut de gamme (argentée, mat, titane noir) qui a fait le succès de Georgette, avec un look d’empreinte de patte. Avec son bord tranchant, elle présente l’avantage de saisir en même temps des aliments solides et liquides. Il est possible de prendre une bouchée de poisson tout y mettant la sauce avec. Georgette ne cesse de grandir en notoriété auprès des fourchettistes et cuillèristes à tel point qu’il arrive de retrouver une version en bois dans certains festivals de musique ou encore récemment lors de Taste of  Paris. Médaille d’or au concours international Lépine en 2016, Georgette est vendue dans des dizaines de points de vente en France, mais le succès de ce couvert est aussi international. Il est ainsi possible de s’approvisionner en Georgette à Genève, Bruxelles ou encore Montréal. Jean-Louis Orengo a récemment lancé la production d’une gamme pour les gauchers. De son côté, le syndicat des hôteliers de l’Ariège a fait de Georgette son égérie et un prix gastronomique, la Georgette d’or, est désormais remis chaque année. Cerise sur le gâteau, sans le savoir, le créateur de la fourchette-cuillère semble avoir rendu un service aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson : des personnes souffrant de tremblements ont pris contact avec lui pour le remercier de sa trouvaille.

La Georgette

Une cuillère-fourchette permettant de piquer, de couper, et de manger la soupe

 

Les chefs étoilés séduits par Georgette

 

Paul Fontvielle, patron du restaurant gastronomique le Carré de l’ange à Saint-Lizier (Ariège), est un lanceur de nouvelles tendances. Il fut le premier à employer la Georgette. Il ira encore plus loin en lui consacrant un menu spécial avec cet unique couvert, et ce de l’entrée au dessert. De son côté, Gilles Goujon, chef trois étoiles de l’Auberge du vieux puits (Fontjoncouse, dans l’Aude) a invité Georgette à sa table pour savourer son fameux plat : l’œuf “pourri” à la truffe. D’autres grands noms des fourneaux comme Alain Ducasse, Hélène Darroze ou Franck Putelat l’utilisent.